Afrique du Sud : Koffi Olomidé interdit de concerts au pays de Mandela

L’artiste congolais Koffi Olomidé devait se produire les 29 et 30 juin au Cap et à Johannesburg. Hélas, les deux établissements censés accueillir ses concerts ont fait marche arrière, après qu’un collectif d’associations de lutte contre les violences faites aux femmes a lancé une pétition en ligne et saisi le gouvernement sud-africain, décrétant de facto l’artiste ‘’personae non gratta’’ dans le pays.

L’artiste Koffi Olomidé serait quasiment devenu un homme peu recommandable, tant de nombreuses associations féminines lui gardent encore une dent, eut égard aux violences envers les femmes, dont il s’est illustré ces dernières années.

Dans le milieu des artistes congolais, beaucoup évoquent le fait que Koffi traverserait une période de ‘’libabé’’, la poisse, et cela impacte ses activités qui auraient pris un sérieux coup, même si l’artiste semble garder le moral.

« N’accueillez pas Koffi Olomidé. Aidez-nous à endiguer les violences faites aux femmes. » C’est avec ce message que les instigateurs de la pétition, mise en ligne le lundi 17 juin, et intitulée « Empêchez l’agresseur reconnu coupable Koffi Olomidé de se produire en Afrique du Sud » ont convaincu deux établissements sud-africains d’annuler les concerts de la star du ndombolo Koffi Olomidé.

Ce dernier devait se produire le 28 juin à Johannesburg, au Gallagher Convention Centre, mais aussi au Cap, le 29 juin, au Shimmy Beach Club, dont la direction a assuré avoir décidé d’annuler le concert la semaine dernière. La pétition s’adressait non seulement aux propriétaires des deux endroits mais encore au ministère sud-africain des Affaires intérieures.

« Nous, les signataires, demandons au ministère d’empêcher Koffi Olomidé d’entrer sur le territoire sud-africain », peut-on notamment lire parmi les doléances du collectif Stop Koffi Olomidé composé de 39 organisations féministes et associations de la société civile sud-africaine dédiées à la lutte contre les violences faites aux femmes et les violences liées au genre.

« Nous avons, par ailleurs, adressé une lettre à la présidence, aux ministères des Affaires intérieures, de la Police, de la Justice mais aussi des Arts et de la culture », indique Bunie Matlanyane Sexwale, porte-parole du collectif à l’origine de la pétition et membre fondatrice de l’organisation Lesaka La Basadi (« Cercle de solidarité pour les femmes », en sotho).

« Nous avons très rapidement obtenu une réponse de la présidence qui nous a indiqué prendre l’affaire très au sérieux et nous a assuré que des mesures seront prises afin que le ministère des Affaires intérieures empêche l’arrivée de Koffi Olomidé sur le territoire sud-africain. »

Avec agence

Catégories Culture

Laisser un commentaire