Caravane des migrants: «Les personnes sont vraiment dévastées»




Des milliers de migrants honduriens ont repris leur marche vers les Etats-Unis, alors que d’autres attendent toujours sur le pont qui sépare le Mexique du Guatemala de pouvoir entrer légalement dans le pays.

La situation des membres de cette caravane est assez difficile. Après avoir réussi à franchir de manière illégale la frontière, ils ont enfin pu entamer leur périple au Mexique.

Ce dimanche, hommes, femmes et enfants ont quitté la ville frontière de Ciudad Hidalgo pour se rendre à Tapachula, quarante kilomètres plus au nord. Quarante kilomètres qu’ils ont parcourus à pied durant sept heures, sous une forte chaleur. D’où les problèmes de santé, de déshydratation notamment, dont certains migrants ont été victimes.

Une fois arrivés à Tapachula, ils se sont installés dans deux parcs publics, où ils sont en train de passer la nuit. Sur place, la situation humanitaire est précaire.

« Nous sommes dans le Parc central à Tapachula, il y a 3 000 à 5 000 personnes qui font partie de la Caravane. Il a plu énormément et il faut que nous trouvions des abris », témoigne Irineo Mujica, membre de l’ONG Peuples sans frontière, qui accompagne la Caravane dans son périple.

« Nous avons essayé de distribuer des vivres, mais c’est très compliqué, poursuit-il. Nous sommes débordés. Les personnes sont vraiment dévastées. Elles ont subi une forte pression, et ont le sentiment d’avoir été pourchassées. Elles sont très fatiguées de leur périple. Et la population ici à Tapachula est dépassée face à cet afflux de personnes qui arrivent tout juste. »




Ces migrants ont effectivement beaucoup souffert depuis leur départ du Honduras. Après un parcours de mille kilomètres, ils ont été bloqués durant deux jours sur le pont qui sépare le Guatemala du Mexique, où ils ont campé dans des conditions précaires. Ils ont ensuite traversé le fleuve sur des radeaux de fortune ou à la nage.

ANALYSE
Le gouvernement hondurien ne peut absolument pas gérer la situation. Il n’en a pas les moyens […] et il manque totalement de légitimité.
Alain MussetChercheur à l’EHESS22/10/2018 – par RFIÉcouter

Loger ses personnes est un véritable défi pour les humanitaires sur place. « Le cœur de notre action, c’est d’essayer d’augmenter la capacité locale d’hébergement des migrants [car] nous sommes actuellement en surcapacité », confirme Maria Rubi, porte-parole régionale du Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés. « Nous sommes en train de voir ce que l’on peut faire de plus pour les personnes de la Caravane et celles qui sont arrivés avant, et qui ont été admises dans les centres d’enregistrement. Nous leur avons donné les moyens de rester dignement », estime-t-elle.

Durant leur marche vers Tapachula, les migrants ont aussi subi la pression de la police fédérale qui tentait de ralentir leur progression. Pression également de la part des autorités qui, à plusieurs reprises, ont cherché à persuader ces sans-papiers de régulariser leur statut migratoire. Une démarche qu’ils ont refusé de faire, de peur d’être expulsés du pays.

Face à cette situation, le président américain, dont le pays est la destination finale, continue d’afficher sa fermeté. Hier, ce fut dans deux tweets rageurs. Le premier pour assurer de la fermeté de son administration face à une caravane de plusieurs milliers de migrants, majoritairement du Honduras, qui pourraient arriver à la frontière américano-mexicaine et à qui il refusera l’asile.

Le second pour blâmer l’opposition démocrate, à qui il demande de changer les lois migratoires alors que ce sont bien les Républicains qui étaient majoritaires ces dernières années.
Ce lundi, le président fera campagne dans le Texas, Etat décisif au coeur de la problématique, puisque voisin du Mexique.

Laisser un commentaire