Chercher du travail est devenu le travail des jeunes et vieux congolais




La bonne marche d’un pays se résume aussi dans la facilité d’accès au marché du travail. Au Congo, jeunes comme vieux ont pour travail chercher du travail.Si certains personnes âgées par contrainte se voient encore obliger de trouver du travail, d’autres par contre ne pensent pas du tout à la retraite en réduisant leur âge.

Mathieu est âgé de 24 ans et n’a jamais travaillé de sa vie, mais passe presque chaque année à chercher du travail. Dans des conversations avec ses amis sur les réseaux sociaux, il explique avec ironie que son travail de tous les jours est bel et bien chercher du boulot.




Il en est ainsi pour la grande majorité des jeunes congolais, parfois obligés de se rabattre sur l’informel pour survivre. Le temps n’est plus où les parents les supportaient jusqu’à 25 ans. Les enfants, bien que logés sont obligés de contribuer au bon fonctionnement de la maison.

Face à cette situation, une poignée des jeunes tombent facilement dans le piège des hommes politiques véreux par des propositions sans scrupules. Ils deviennent des défenseurs féroces de ceux là même qui sont à l’origine de leurs malheurs.

Chaque jour au centre-ville de Brazzaville et dans les chantiers encore visibles, on peut remarquer comment des personnes âgées sont à la recherche d’un travail. Ces personnes qui ont été admises à la retraite se voient obliger de retrouver le marché du travail pour subvenir aux besoins de leur famille. Les pensions sont presque versées au bon vouloir du pouvoir.

Au Congo, les slogans ont fait face à la rude réalité née de la très mauvaise gouvernance. Le parlement a voté en bloc l’accord signé entre la Chine et le Congo sur la restructuration de la dette publique sans même que l’opposition ne pose des questions. Des spécialistes économiques affirment que le Congo aurait sacrifié toute une génération dans cet accord.




Des jeunes continueraient toujours à chercher du travail dans ce pays pétrolier sous peuplé, ayant eu la malchance d’avoir une classe politique très nulle.

La rédaction

Catégories Opinion

Laisser un commentaire