Côte d’Ivoire : l’élection municipale annulée à Grand-Bassam




Les élections municipales d’octobre en Côte d’Ivoire ont été annulées dans quatre communes supplémentaires, dont Grand-Bassam, selon un nouveau verdict rendu vendredi par la Cour suprême qui statuait sur des requêtes de contestation des scrutins.

Plusieurs semaines de troubles avaient suivi le scrutin à Grand-Bassam, ville balnéaire de 100.000 habitants située à 30 kilomètres d’Abidjan, entraînant l’annulation de la fête de l’Abissa, un des principaux événements culturels et touristiques de Côte d’Ivoire.

Cette annulation a représenté une grosse perte pour l‘économie locale de cette ville historique, dont l’ancien quartier colonial est classé au patrimoine mondial de l’Unesco, et qui fut la première capitale de la Côte d’Ivoire.

Les électeurs devront revoter d’ici trois mois, selon la Cour suprême.

Vendredi dernier, la Cour avait déjà annulé les scrutins dans deux communes, Port Bouët (quartier populaire d’Abidjan) et Lakota (sud-ouest), et deux régions, Lôh-Djiboua (sud-ouest) et le Guémon (ouest).




Cent trois requêtes concernant 60 municipalités et 14 régions avaient été déposées devant la Cour suprême après les élections municipales et régionales couplées du 13 octobre, marquées par des violences ayant fait au moins cinq morts et de nombreuses accusations de fraudes.

La coalition au pouvoir, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), a remporté ces municipales et régionales couplées, devant le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), ancien allié du RHDP passé dans l’opposition et des candidats indépendants.

Catégories Politique

Laisser un commentaire