Forum de l’orientation et des études en France : la quatrième édition ouverte à Brazzaville




La rencontre dédiée aux élèves de terminale, toutes séries confondues, et étudiants a démarré le 6 novembre, à l’Institut français du Congo (IFC). Pendant trois jours, les participants vont échanger avec des conférenciers, entreprises, écoles et universités, à travers différentes tables rondes et ateliers.

L’orientation sur les études est une question importante aujourd’hui, du fait qu’elle détermine les chances d’insertion professionnelle sur le marché du travail. La directrice déléguée de l’IFC de Brazzaville, Marie Audigier, a mentionné, dans son mot de bienvenue, l’objet du forum qui s’adresse particulièrement aux lycéens qui vont passer leur baccalauréat cette année, mais aussi aux étudiants, pour les aider à trouver leurs voies, leurs vocations. C’est pour cela que la rencontre propose des tables rondes, des conférences, des ateliers d’orientation et de rédaction de curriculum vitae (CV) ainsi que de lettres de motivation… La thématique de ce forum qui présente des opportunités d’études en France, a-t-elle assuré, est réaliste. Toutes les explications d’inscriptions seront données pendant ce rendez-vous qui connaît la participation de six universités venues de France.

Pour la cheffe de projets développement durable chez Total, Perpétue Bauckwath, représentant le directeur général, une jeunesse formée est l’un des atouts contribuant au développement d’un pays. C’est pourquoi Total fixe l’éducation parmi ses axes majeurs d’intervention en matière de politique sociétale. Cette vision se concrétise par l’ensemble des projets que soutient cette société dans le cadre du développement des compétences des jeunes Congolais et le soutien des talents.

« L’orientation des jeunes est un enjeu décisif. Il est donc primordial d’aider cette population à anticiper les perspectives de formation de carrière. Ce forum de l’orientation post bac 2019 organisé par l’IFC, Campus France et le ministère de l’Enseignement supérieur, a donc l’ambition de vous aider, chers élèves et étudiants, à envisager votre orientation future et par là même votre entrée dans les études supérieures, que vous arrivez à l’étape charnière de votre parcours scolaire. Ces trois journées sont dédiées à vous, élèves de terminale et étudiants », a-t-elle déclaré.




La France premier pays d’accueil des étudiants congolais

L’ambassadeur de France au Congo, François Barateau, a parlé de la mobilité des jeunes et en particulier des étudiants qui est primordiale. Il a indiqué qu’il y a aujourd’hui au Congo près de cinquante mille étudiants et parmi eux, nombreux souhaitent aller poursuivre leurs études supérieures en France. Ce pays est ainsi le premier d’accueil des étudiants congolais avec plus de quatre mille quatre cents. Parmi eux, plus de deux mille étudiants bénéficient de cycles de formation gratuite et de qualité dans les universités et écoles françaises. « Pour mon pays, cet accueil représente un effort financier annuel important de l’ordre de trente millions d’euros, environ vingt milliards francs CFA. Cet effort représente le prix de la qualité qui est inestimable pour l’avenir des jeunes et la consolidation de notre relation humaine. Il est impératif que cette mobilité des étudiants africains se distingue par sa qualité et que la France ne soit pas un choix par défaut ou par habitude, mais un choix par désir, selon les mots du président Macron », a déclaré François Barateau.




Le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, au nom des ministères des enseignements, a soulevé la question de la problématique de l’orientation universitaire qui est une préoccupation permanente pour de nombreux bacheliers que compte le système éducatif année après année.

Le village planétaire, a-t-il signifié, donne la possibilité aux uns et aux autres jeunes élèves et étudiants de s’émouvoir partout où ils le désirent, à condition de remplir les critères d’éligibilité. Qu’il s’agisse de la France ou du Congo, il y a des mécanismes qui existent. Pour ce qui est de la France, il a indiqué que Campus France a mis en place des dispositifs qui permettent chaque année de voir de nombreux jeunes et étudiants congolais poursuivre leurs études dans les universités françaises. De même, à l’Université Marien-Ngouabi comme à l’université Denis-Sassou-N’Guesso en gestation, des filières imminentes seront créées pour permettre aux jeunes de répondre à leur soif d’apprendre et de réaliser enfin leur rêve.

Notons, par ailleurs, qu’ouverte le 1er novembre, la campagne Campus France permettant l’inscription dans des écoles et universités françaises se poursuivra jusqu’en janvier 2020.

Catégories Culture

Laisser un commentaire