Isidore Mvouba nie le génocide Lari dans le Pool





Si des meurtres ont bien eu lieu, pendant la guerre du Pool (sud), entre 2016 et 2017, il est très exagéré d’employer le terme de « génocide lari ». Le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba a appelé la population congolaise à ne pas prêter attention aux élucubrations de certains esprits chagrins qui parlent d’un génocide dont serait l’objet l’ethnie lari dans le Pool.

« Il s’agit manifestement d’une tentative de déstabilisation de notre pays. Le Congo saura rétablir la vérité des faits au Conseil des droits de l’Homme lors de sa prochaine réunion à Genève », a déclaré le président de la chambre basse le 15 octobre à Brazzaville, dans son allocution d’ouverture de la quatrième session ordinaire dite budgétaire.




On rappelle que l’avocat Dominique Kounkou a publié récemment aux éditions l’Harmattan,  un ouvrage de 120 pages intitulé « Le génocide des Laris au Congo ».

Dans cet ouvrage, l’auteur, très hostile au pouvoir de Brazzaville, y emploie le terme de génocide pour évoquer une augmentation des meurtres commis par les forces gouvernementales contre les laris dans le département du Pool, n’hésitant pas à dresser un inventaire détaillé des souffrances que ces derniers auraient subies.

Le livre a suscité les interrogations de certains lecteurs souhaitant en savoir plus.




Dans un communiqué publié par le Ministère des Affaires étrangères et des congolais de l’étranger, le 10 octobre à Brazzaville, le gouvernement de la République du Congo réfute l’existence d’un prétendu « génocide lari» dans le département du Pool.

Pour des observateurs avertis, la photo utilisée par l’auteur pour soutenir un « imaginaire génocide Lari » est une transposition.

Catégories Politique

Laisser un commentaire