Kinshasa en deuil : des soirées en plein air en hommage à Simaro Lutumba

Depuis le 2 avril, plusieurs Kinois se donnent rendez-vous à la place dédiée au poète, à moins d’un mètre de son buste mis en évidence sous les lumières diffusées à partir des quatre coins au croisement des avenues Nyangwe et de la Libération (ex-24 novembre).

Ecran géant, podium, chaises et tables constituent le décor de la place qui accueille tous les soirs un petit monde autour d’un verre de bière et des morceaux diffusés par de gros baffles. La Place Lutumba a, depuis sa mort, un succès particulier. Les photographes qui passent par le coin ont bien de quoi se faire un peu d’argent. En effet, c’est maintenant de jour comme de nuit que les Kinois s’imposent une halte à cet endroit devenu emblématique depuis le décès du grand poète. Pourtant, la plupart se contentaient jusque-là de jeter un œil au buste à partir de leur taxi ou bus de passage à ce carrefour.Le buste éclairé du feu poète Simaro Lutumba éclairé de nuit

Le week-end dernier, plus qu’en semaine, la Place Lutumba a reçu un grand monde. Il s’est trouvé des gens qui, à défaut d’ une place, se sont résolus à rester debout, l’important étant d’y être tout simplement. Et, l’agence CMCT TCG qui est du nombre des organisateurs de ce deuil public en plein air avec le Collectif des artistes et des culturels (CAC), avait mis les bouchées doubles en disposant deux écrans géants à l’endroit. Et, pour commencer la nuit, un groupe folklorique s’est produit le dimanche à partir de 20 h.Une vue des Kinois attablés en plein air à la Place Lutumba

Désormais, même si c’est dans une moindre mesure, la Place Lutumba rivalise avec les nombreuses terrasses qui longent l’avenue Nyangwe, à l’instar de l’avenue du Stade à Matonge. Il semble que cela n’est pas pour déplaire et carrément perçu comme une invitation à l’intention de ceux qui vivent à proximité, particulièrement les amateurs de la bière qui exprime au mieux « l’Esprit kinois » qui a investi les lieux. En effet, c’est la Bracongo en particulier, cette bière dont les chaises et les tables portent l’estampille, qui a établi ses quartiers sur ce lieu de deuil qui a plutôt des allures de fête. Mais il y a, à côté de la boisson, la musique qui attire. Les anciens succès, notamment les tubes composés par le défunt, ne laissent pas indifférents les mélomanes. Ils ne sont pas toujours de sa génération qui eux, par contre, ne voient pas d’un bon œil tout ce nouvel aménagement. Les motivations pour certains ne seraient que d’ordre commercial, ce qui, à leur avis, entache tout le sens que l’on devrait lui donner. Ce qui ne manque pas d’alimenter certaines critiques autour de son organisation.

Avec Adiac

Catégories Culture

Laisser un commentaire