Le dragueur frappe violemment une fille qui refusait d’aller « se reposer » après le restaurant




En tout, il aurait dépensé selon sa version près de 8000 fcfa depuis que pour la première fois, la fille a accepté son invitation. Entre la boisson, le repas et le crédit téléphone de la fille, l’homme d’une vingtaine d’années et en garde à vue a s’est défendu être plutôt une victime et non coupable. Il a été libéré après paiement d’une somme de 22500 fcfa à la police.

Au commissariat de police de Tie Tie Masola à Pointe-Noire au Congo, les policiers en poste n’ont pas trop voulu rendre la vie difficile à un détenu particulier. Répondant au nom de Gégé Fils, un jeune garçon de 22 ans a passé quelques heures derrière les barreaux pour coups et blessures envers une jeune fille de 18 ans.




Des auditions, il ressort que le jeune garçon après des semaines de drague aurait enfin réussi à être en face de la fille dans un restaurant. La fille qui s’est présentée avec sa copine aurait coûté près de 8000 fcfa au porte feuille du jeune garçon, lequel n’a pas hésité à dépenser, conscient d’être si près du but.

Après avoir réussi à faire évacuer la copine de sa victime, les deux prétendus amoureux se sont retrouvés dans une VIP où l’alcool a coulé à flot. Gégé a déclaré

aux policiers avoir été surpris de la facilité avec laquelle, la fille enchaînait des bouteilles de bière.

Mais quand il a proposé à la fille d’aller se reposer dans un hôtel, la fille aurait prétexté être attendu par ses parents à la maison. Ce qui aurait poussé le jeune homme à adopter un comportement violent après des supplices stériles.

Pour Gégé, la fille se serait gracieusement moqué de lui, surtout que bien avant devant elle et son consentement, il a acheté des aphrodisiaques.




S’en est suivi une vire altercation entre les deux amoureux poussant l’intervention d’une patrouille de police qui passait par là. Les deux amoureux ont été embarqués et conduits au commissariat où Gégé a passé la nuit dans une cellule.

« Nous te comprenons tellement qu’au lieu de 70000 fcfa, tu vas juste t’acquitter des droits de détention évalués à 22.000 frs » lui aurait signifié le chef de poste.

Stéphanie Mabonzo

Laisser un commentaire