Le ministre de la Culture apprécie à sa juste valeur le complexe Dénidé productions

Aménagé selon les normes de l’art au standing international, le complexe industriel situé à Ouenzé, le cinquième arrondissement de Brazzaville, a reçu le 5 mars, la visite de Dieudonné Moyongo.

Réalisé à 97%, le complexe industriel Dénidé productions a déjà dix-sept corps de métiers qui sont prêts. Le ministre de la Culture et des arts est allé s’imprégner de ce bijou qui sans nul doute contribuera à rehausser la musique congolaise qui, selon lui, est en train de régresser à travers certaines compositions. Car, selon Dieudonné Moyongo, cette musique est trop teintée des dédicaces communément appelées « Mabanga » dans le jargon musical congolais. Avec l’implantation de ce complexe haut de gamme, le ministre invite les artistes musiciens Congolais à offrir aux consommateurs des produits de bonne qualité. Une musique bien chantée et des chansons bien composées.

Le patron du complexe Dénidé productions a profité de l’occasion pour faire visiter à son hôte de marque les différents studios d’enregistrements et la salle de programmation. Il s’est agi, entre autres, des studios Émeraude avec ses vingt-quatre pistes ; Édith avec trente-deux pistes, et Émilienne avec quarante-huit pistes, à l’instar des studios de haut standing que l’on rencontre dans les grandes capitales du monde. Le ministre a visité également la salle Diamond mastering et la salle de production des CD et DVD.

« Le complexe n’est pas encore inauguré, mais j’ai voulu faire une primeur au ministre de la Culture et des arts, qui est, d’ailleurs, le premier ministre de la Culture à prêter attention à ce que fait la maison Dénidé productions. C’est une grâce pour moi de le recevoir dans ces locaux », a déclaré Denis Abdallah Nguesso, patron de la maison de productions.

En effet, bien que n’étant pas encore officiellement ouvert, les enregistrements ont déjà débuté dans ce complexe. Et une boutique vendant des supports phonographiques est disponible à titre exceptionnel. « Nous avons dix-sept corps de métiers qui sont déjà prêts, mais il y a quelques compartiments qui ne sont pas encore terminés. En termes de réalisation, nous sommes déjà à 97%. En dépit de cela, nous avons déjà produit quelques artistes comme Jacques Koyo, Patrouille des stars, Favelas et autres… », a-t-il indiqué.

« Les industries culturelles, un levier de l’économie »

Devant cet imposant bâtiment et le matériel qu’il regorge, le ministre de la Culture et des arts ne pouvait qu’être ébahi. « Sincèrement, je suis subjugué parce que je ne savais pas qu’à Brazzaville, on avait un studio moderne, des équipements modernes. Je pensais simplement que Dénidé était en train de vendre des produits finis or, ils sont fabriqués sur place. Cela veut dire que les industries culturelles et créatives existent bien dans notre pays. Nous sommes venus appuyer ce qu’il fait depuis plusieurs décennies. Certes, aujourd’hui nous avons des problèmes en ce qui concerne le financement de la culture, mais nous devons davantage nous informer de tout ce qui est fait sur le territoire national pour nous permettre de prendre à bras le corps le problème d’industrie culturelle », a souligné le ministre.

Dieudonné Moyongo a promis de booster le secteur des industries culturelles et créatives au Congo. « A compter de ce jour, nous allons travailler la main dans la main pour booster le secteur des industries culturelles et créatives dans notre pays. Parce que n’oubliez pas que les industries culturelles sont un levier de l’économie. Dénidé productions a des équipements modernes et on peut avoir jusqu’à plus de cent voix. Donc ici, on peut produire un orchestre symphonique, c’est extraordinaire », a témoigné le ministre.

Enfin, il a reconnu que le pays accuse des difficultés conjoncturelles mais en dépit de cela, Dénidé productions a déjà commencé à faire quelque chose et le ministère va le soutenir. Dieudonné Moyongo a, en outre, promis également de patronner la cérémonie d’inauguration de cette industrie.

Catégories Culture

Laisser un commentaire