Maroc : près de 8000 migrants des deux Congo rêvent de rejoindre l’Europe




La police marocaine estime à plus de 300.000 le nombre des migrants subsahariens installés ou en transit dans le royaume. Parmi eux, on compte plus de 8000 ressortissants de la RDC et de la république du Congo. Depuis le mois de novembre dernier, les congolais de Brazzaville qui étaient exemptés de visa doivent désormais présenter une autorisation de voyage pour accéder sur le territoire marocain.

L’immigration clandestine est le fléau qui mine actuellement certains pays d’Europe avec pour conséquence directe la montée de l’extrême droite. Même l’Espagne, jadis épargnée, a vu comment en Andalucie au sud 12 députés du parti extrême droit VOX ont fait leur entrée au parlement local. 24 autres ont été élus lors des dernières élections générales.




Portée d’entrée de l’Europe par sa géographie, l’Espagne est entrain d’encourager financièrement le Maroc à lutter contre les réseaux mafieux de traite humaine sur son territoire. De plus en plus, il est difficile pour les migrants subsahariens de s’approcher des côtes du nord Maroc d’où ils rejoignent illégalement l’Espagne.

Fuyant les conditions de vie précaires dans les deux Congo, 8000 citoyens sont devenus migrants et attendent leur chance au Maroc. Installés généralement entre Rabat et Casablanca, les congolais de Brazzaville font plus confiance aux voyages depuis les frontières légales, mais avec des faux papiers.

Mais bien avant la recrudescence des naufrages en méditerrané, certains ont utilisé cette voie. De leur part les congolais de la RDC n’ont pas de préférence et touts les circuits valent pour arriver en Espagne.

A Nador dans le nord, nombreux sont les ressortissants de la RDC qui attendent une opportunité dans les forêts.




Parmi la cinquantaine des migrants qui ont franchi la barrière de Melilla la semaine passée, trois se sont présentés comme congolais de la RDC à la police. Ils ont déclaré avoir attendu leur opportunité d’abord à Rabat puis à Nador dans le nord.

Pour éviter d’être à la merci des policiers marocains, la plupart des ressortissants des deux Congo jouissent du statut de réfugié.

Avec autre presse

Catégories Diaspora

Laisser un commentaire