Transport aérien : l’Afrique centrale et occidentale accélèrent le processus de certification des aérodromes




Le gouvernement congolais et l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) organisent, du 26 novembre au 2 décembre à Brazzaville, un atelier de familiarisation, destiné à peaufiner les mécanismes de certification des aérodromes dans les deux sous-régions.

Ouvert par le directeur de cabinet du ministre des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Raphaël Ngatsono, l’atelier réunit les experts en transport aérien venus des pays membres des deux espaces communautaires.

Pendant cinq jours, ces spécialistes vont approfondir des réflexions sur la question, en vue de bâtir des stratégies plus édifiantes permettant d’assurer au mieux la mise en œuvre de la certification des aéroports en Afrique occidentale, centrale et australe, conformément aux recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).




Depuis 2003, l’OACI enjoint les Etats  membres à certifier leurs aérodromes utilisés pour des vols internationaux, en tenant compte de la convention de Chicago, mais aussi en respectant les règles de sécurité définies et entérinées par le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, tenu en janvier 2013.

En ce qui concerne le Congo, deux aéroports sont retenus pour cette certification qui s’inscrit dans le cadre de la sécurité et sûreté aéroportuaire.

« Le Congo ne ménagera aucun effort pour encourager toute initiative qui permettrait de parfaire la certification des aérodromes et de respecter les normes de l’OACI, qui a porté son choix sur les aéroports Maya-Maya de Brazzaville et Antonio-Agostinho-Neto de Pointe-Noire », a souligné Raphaël Ngatsono.

ADIAC

Catégories Economie

Laisser un commentaire