Le cadavre d’un député dépouillé par les riverains à Gamboma




Les riverains du lieu de l’accident de l’honorable Ibara Ndéli ont dépouillé les cadavres de leurs biens de valeur

Alors qu’il partait pour une descente parlementaire, l’honorable Félix Ibara Ndéli a été victime d’un accident de la route, entre les localités de Gamboma et Ngo, mercredi. Des témoignages dignes de foi indiquent que les personnes arrivées sur le lieu de l’accident, se sont allègrement servies, sans état d’âme, allant jusqu’à fouiller les poches des cadavres.

On pensait nos campagnes encore imbues de ces valeurs humaines qui consacrent sacralité et révérence aux morts. Pourtant, l’attitude des populations riveraines de Ngo ont démontré par la preuve que certaines pratiques décriées dans les grandes villes, n’épargnent pas les villages où l’on pensait les mœurs plus policées.




Les personnes étant arrivées en premier sur le lieu de l’accident de l’honorable Félix Ibara Ndéli, ne se sont pas préoccupées de s’assurer si les occupants du véhicule accidenté étaient encore en vie, s’il y avait espoir de les sauver et que fallait-il faire à propos. Bien au contraire ! Comme dans une course contre la montre, si ce n’est contre la morale, ces personnes se sont quasiment livrées à un pillage systématique, détroussant les cadavres de tous leurs objets de valeur, en délestant le véhicule de tout ce qu’il contenait. Argent, montres, sacs de vêtements, jusqu’aux chaussures, tout y est passé, comme si chacun voulait garder une ‘’relique’’ d’un accident dont on parlera encore longtemps.




D’autres improvisés en cinéastes se sont mis en toute indifférence à réaliser photos et vidéos, chacun voulant afficher le scoop en prime-time, enjambant même les corps pour une prise de vues au plus près du ‘’sujet’’.
Des indiscrétions évoquent que la pratique de vols sur des personnes accidentées, décédées ou vivantes et donc vulnérables, serait courante dans la contrée où les accidents de la route de plus en plus fréquentes sont devenus une autre source de revenus. D’où le déplacement en masse de personnes de tous âges, sur les lieux d’un accident. Entre assistance aux accidentés et portage des blessés, certaines personnes malintentionnées font ‘’de bonnes affaires’’.
Heureusement que ces brebis galeuses sont marginales, même si ce détail de ‘’vol sur cadavres’’ devient le symbole d’une contrée désormais pointée du doigt pour ses pratiques amorales.

Les échos de Brazzaville.

Laisser un commentaire